Story
Le parc territorial Tombstone protège le patrimoine culturel et écologique des Tr’ondëk Hwëch’in

Le parc territorial Tombstone protège le patrimoine culturel et écologique des Tr’ondëk Hwëch’in

Le parc territorial Tombstone du Yukon protège une contrée sauvage exceptionnelle qui se démarque par ses pics escarpés, ses formes de relief de pergélisol, sa faune abondante et la culture riche des Premières Nations.

Ce parc a été créé en vertu du chapitre 11 de l’entente définitive des Tr’ondëk Hwëch’in (en anglais).

D’une superficie de 2 200 kilomètres carrés, le parc est situé à une heure et demie au nord de la ville de Dawson dans la partie nord des monts Ogilvie et dans les monts Mackenzie.

Cette région est l’un des pôles culturels et des sites de chasse les plus importants que les Hän, les Tukudh et les Gwich’in Teetl’it ont utilisé pendant longtemps. Le parc Tombstone compte 78 sites archéologiques connus, et des recherches archéologiques ont trouvé des traces d’activité humaine remontant à au moins 8 000 ans.

Le parc regorge de matières premières pour la fabrication d’outils en pierre, des animaux et des poissons qui ont subvenu aux besoins des premiers peuples et continuent de subvenir à ceux des Tr’ondëk Hwëch’in.

La route de Dempster traverse le parc et permet aux visiteurs d’admirer pendant toute l’année des paysages de toundra arctique, la riche biodiversité des plantes et des animaux ainsi que la fascinante histoire humaine qui s’y trouve.

Les Tr’ondëk Hwëch’in gèrent conjointement le parc (en anglais) avec le gouvernement du Yukon, et de nombreux citoyens des Premières Nations participent à la gestion du parc.

Grâce à l’entente définitive et à la création du parc, l’intégrité écologique et culturelle de cette région sera protégée pour toujours.

Tr’ondëk Hwëch’in (en anglais)

Les Tr’ondëk Hwëch’in ont signé une entente définitive et une entente sur l’autonomie gouvernementale le 16 juillet 1998.

Qui sommes-nous?

Tr’ondëk Hwëch’in (en anglais) signifie « peuple de la rivière » dans la langue du peuple Hän. Des gens qui parlent le hän vivent dans cette région depuis des milliers d’années. Aujourd’hui, les citoyens de la Première Nation des Tr’ondëk Hwëch’in se composent de descendants de peuples qui parlaient le hän, le tutchone du Nord et le gwich'in.

Où sommes-nous?

Le territoire traditionnel de la Première Nation se trouve au centre de la frontière ouest du Yukon, et bon nombre de ses citoyens habitent à Dawson, ville située au confluent de la rivière Klondike et du fleuve Yukon.

Avantages des ententes

Les Tr’ondëk Hwëch’in ont instauré un organisme de préservation du patrimoine qui participe activement à la collecte et à la protection des ressources patrimoniales, gère le centre culturel Dänojà Zho (en anglais), préserve la langue hän et l’enseigne aux citoyens; et a contribué à revitaliser l’événement Moosehide Gathering (en anglais).

Fait intéressant

Le mot Klondike est en fait une mauvaise prononciation de Tr’ondëk. Afin de souligner l’histoire de survie et d’adaptation extraordinaire qui a marqué la terre natale traditionnelle des Tr’ondëk Hwëch’in lorsque celle-ci est devenue l’épicentre de la ruée vers l’or du Klondike, la Première Nation a présenté une demande pour inscrire la région de Tr’ondëk-Klondike (en anglais) au patrimoine mondial de l’UNESCO.