page
Elijah Smith

Elijah Smith

Elijah Smith est bien connu au Yukon pour son héritage en tant que père fondateur du mouvement des revendications territoriales et de l’autonomie gouvernementale.

Elijah Smith, ou Tä Me en langue tutchone du sud, est né à Champagne en 1912. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été affecté en Angleterre par l’Armée canadienne pendant six ans. L’expérience qu’il a vécue à la guerre a profondément changé ses points de vue sur l’égalité, sur la façon dont les Premières Nations étaient traitées au Canada et sur la nécessité de protéger les terres et le mode de vie des Premières Nations.

« Nous, les Indiens du Yukon, nous opposons à être traités comme des squatteurs dans notre propre pays [...] Nous estimons que la population (non autochtone) du Nord nous doit beaucoup, et nous aimerions que le gouvernement du Canada voie à ce que nous obtenions un règlement équitable pour l’utilisation des terres. Aucun traité n’a été signé dans ce pays, et on me dit que les terres appartiennent toujours aux Indiens. » [Traduction]

Chef de la bande indienne de Whitehorse, il a joué un rôle déterminant dans la création de la Fraternité des Autochtones du Yukon, de l’Association des Indiens non inscrits du Yukon et du Conseil des Indiens du Yukon.

En 1973, il a mené une délégation de dirigeants des Premières Nations du Yukon qui s’est rendue à Ottawa pour présenter le document « Together Today for our Children Tomorrow » (Ensemble aujourd’hui pour nos enfants demain) au premier ministre du Canada, ce qui a marqué le début des négociations modernes sur les revendications territoriales au Yukon. Ce document historique exposait la situation passée et actuelle des Premières Nations du Yukon ainsi que leur vision de l’avenir.

En 1976, M. Smith a été décoré de l’Ordre du Canada. Il est demeuré un leader de premier plan jusqu’à sa mort en 1991.

Aujourd’hui, l’édifice du gouvernement du Canada et une école primaire de Whitehorse sont nommés en son honneur, mais son véritable héritage est d’avoir conclu des ententes sur les revendications territoriales et l’autonomie gouvernementale pour les Premières Nations du Yukon.